Naissance de notre 2ème merveille

Le 18 avril, à 39 SA, j’ai accouché de notre petite C.

Elle est arrivée avec 2 semaines d’avance, après un petit événement riche en émotions.

Le temps a passé vite depuis et je trouve enfin le temps d’écrire cet article qui boucle cette nouvelle aventure PMèsque qui finit encore une fois (merci la vie – malgré tes sales coups qu’on a dû encaisser – !) très bien.

En revenant dans la blogosphère j’ai appris quelques bonnes nouvelles parmi vous – j’en suis très heureuse – , j’espère qu’elles vont se propager à un maximum de PMettes.

C’est difficile d’écrire cet article, comme ça l’a été pour écrire les articles de ma grossesse, car je pense encore à toutes celles en attente.

Quand j’ai démarré ce blog je pensais l’écrire pour moi seule, avec le secret espoir de le faire lire à mes enfants une fois que j’aurais réussi ce combat. Mais au fil du temps vous êtes venu-e-s me lire et je me suis adressée à vous. Je vous dois donc cette nouvelle même si elle peut créer un pincement au cœur parmi certain-e-s d’entre vous.

Mais je la dois également à mes filles car elle constitue une des traces de mon combat pour les avoir, une preuve d’amour immense pour elles, mes filles de cœur à défaut d’être mes filles de sang.

Je vous aime mes filles d’amour, vous avez éclairé nos vies depuis la perte de nos 3 premiers enfants ! Mais c’est aussi grâce à eux que vous êtes là, et c’est un merveilleux message d’espoir à toutes les mamanges.

Je ne regrette pas mon combat même s’il a été difficile, injuste. Je suis fière de ce que j’ai fait et je suis fière de mes filles. Je vous souhaite le même bonheur, absolument.

 

37 SA aujourd’hui, je pense à vous

Je reviens vers vous après plusieurs semaines d’absence pour vous donner des nouvelles.

J’ai peu publié – même si j’en avais envie – pour 1 raison simple : je ne voulais pas faire de mal à celles qui sont sur le quai en détaillant chaque étape de ma grossesse.

Tous les jours j’ai conscience de la chance qui m’a été donnée de pouvoir tomber enceinte finalement « si facilement » après ce 2ème protocole de FIV et un premier transfert en août dernier.

J’arrive au terme de ma grossesse, avec pas mal de douleurs costales depuis quelques semaines. Mais ça va, ce n’est rien après ce qu’on a vécu.

En bref j’ai hâte d’accoucher de cette nouvelle petite fille prévue pour début mai. ;-))

Je voulais juste dire à toutes celles qui sont encore en attente, de garder – autant que possible – l’espoir et la joie de vivre. C’est ce qui m’a fait tenir pendant nos 4 longues années de souffrance et d’attente. Je sais que vous avez horreur qu’on vous dise que les miracles arrivent (et moi aussi ça m’a longtemps énervé ces RALC), mais finalement je constate que les miracles peuvent arriver. ça m’est arrivé, c’est arrivé à d’autres amies proches, c’est arrivé à des copinautes, et ça arrivera encore à certaines d’entre vous. Parce que la nature a horreur du vide. Parce que la nature est pleine de ressources. Parce que la nature est une winneuse et que vous êtes des warriors ! Je pense à vous toutes et ce tous les jours depuis mes premiers écrits sur ce blog.

A toutes celles qui continuent leur vie sans enfant – par choix ou par nécessité – je vous trouve admirables de courage. Je vous souhaite de vivre tout le bonheur du monde à travers de multiples moments de joie que la vie sait nous offrir aussi.

 

 

Des news

J’ai délaissé mon blog ces dernières semaines mais je continue à vous suivre.

Je suis très heureuse des naissances récentes ou à venir parmi vous et toujours aussi triste d’apprendre les mauvaises nouvelles. Chaque jour je mesure la chance qui nous a été offerte ! Mais par respect pour celles qui sont encore sur le quai je ne communique pas sur notre quotidien.

J’espère sincèrement que celles et ceux qui sont encore dans l’attente accéderont au bonheur tant attendu ou à une autre forme de bonheur si vous décidez de sortir de l’enfer qu’est la PMA.

Notre fille S. nous comble de joie chaque jour mais je pense aussi tous les jours à nos 3 petites étoiles qui n’ont pas eu la chance de voir le jour. Je crois qu’on ne se remet jamais de la perte d’un enfant. Ce qui me fait le plus de mal c’est le déni de notre famille de nos 3 enfants disparus depuis que notre petite merveille est née (et même avant il faut bien l’avouer). Elle n’est pas notre première enfant, c’est important de le rappeler. Pour elle aussi c’est important qu’elle connaisse l’histoire de sa famille car c’est d’abord son histoire. Nier le fait que ses frères et sœur ont existé un jour, c’est nier une partie de son histoire. Et pour moi c’est intolérable. J’espère arriver à leur faire comprendre mais ce sera encore un combat.

Un autre combat que nous nous apprêtons à mener dès l’an prochain est une nouvelle FIV pour tenter de donner un petit frère ou une petite sœur à notre fille. Nous allons repartir pour de nouveaux essais en Espagne. Une fois encore je vais y mettre toute ma détermination mais cette fois je n’ai plus cette boule au ventre : nous allons nous donner tous les moyens mais si cela échoue, je crois qu’on s’arrêtera là.

En cette période particulière, je pense fort à vous et j’espère que 2018 sera pour vous meilleure que les précédentes.